LES ROIS DU PÉTROLE

Publié le par Les communistes de L'Ile Saint Denis

Le prix des carburants ne cesse de battre des records.
Fioul, super, gazole, la hausse des prix est vertigineuse.
muniste français
Tous les consommateurs, automobilistes et utilisateurs d’unchauffage au fioul voient leur pouvoir d’achat fondre commeneige au soleil. Des pans entiers de l’économie français sontdésormais fragilisés : on voit les graves menaces qui pèsent sur
l’avenir de la pêche.
Ceux qui profitentde la crise
Tout le monde n’est pas àégalité face à cette inexorablemontée des cours.
Certains même tirent lesmarrons du feu en accumulantdes profits faramineux.
Qui sont-ils ? En premierlieu, il y a les spéculateursqui parient sur la hausse.
Pour eux, c’est tous les jours le jackpot. Il y a les multinationalesqui regardent tomber les milliards et qui font pressionsur les gouvernements pour les empêcher de lutter contre lesgaspillages ou de promouvoir des énergies moins chères.
Mais les spéculateurs ne sont pas les seuls à profiter de lahausse du cours de l’or noir. Le gouvernement français, face àune hausse bien prévisible, continue de surtaxer les produitspétroliers (75 % de taxe sur le litre de super !). Il ne fait rienpour préparer l’après pétrole. Et au final, contrairement auxpromesses du candidat Sarkozy, il ne fait rien pour soutenir lepouvoir d’achat des salariés !
Comment s’en étonner, il a vidé les caisses de l’État avec les15 milliards de cadeaux fiscaux aux plus riches. Il n’y a doncplus un sou pour tous les autres ! Circulez, il n’y a rien à voir !
Face à cette crise, le gouvernement se distingue par son inconséquence. C’est la ministre de l’Économie qui propose, sans rire, aux automobilistes d’utiliser le vélo pour leur déplacement…
Mais que fait-elle pour développer les transports en commun ? Rien, évidemment ! 
C’est le président de la République qui, face aux marins pécheurs en colère, propose d’augmenter le prix du poisson et d’exonérer de cotisations sociales les patrons de pêche. 
Au final, c’est encore le pouvoir d’achat des ménages qui va baisser, c’est le déficit de la Sécurité sociale qui va augmenter ! 
Ce n’est pas cela la solution 
La réduction des ressources pétrolières mondiales impose de tout autres mesures. La soif de profit immédiat des multinationales et des marchés est incompatible avec la satisfaction de nos besoins.
Aussi, dès maintenant, il faut réintroduire la TIPP flottante qui garantit un prix maximum du litre du carburant. Et il faut constituer un pôle public de l’énergie pour gérer la distribution des produits pétroliers et inventer les énergies de demain. Et, pour financer tout cela, mettons à contribution les profits faramineux des pétroliers comme TOTAL. L’argent est là : mettons-le au service de tous et toutes !
 
 

Publié dans Pouvoir d'achat

Commenter cet article