QUE FAIRE ?

Publié le par Les communistes de L'Ile Saint Denis

Bernard Lyon-Caen nous envoie de nouveau un texte suite à l’assemblée du 12 novembre 2007 à la section de Courbevoie, où il demeure aujourd'hui.  
 
Parmi les interventions des présentes ou présents, j’ai relevé notamment l’importance, voire la priorité, que certains semblent attacher à :
-          la néccéssité pour notre parti d’être à la pointe de l’internationalisme, de l’intermondialisme, de la solodarité internationale ;
-          la nécéssité d’élaborer et proposer un programme, et une idéologie.                           
-          l’éventualité de la recherche d’un changement de nom ;
Sans méconnaître l’intérêt de ces aspects de nos problèmes actuels, je pense que ce ne sont pas là lespremières priorités auxquelles nous devrions donner (ou redonner) vie.
Pour développer (reconstruire ?) nos moyens de contact avec la population qui nous environne, nos possibilités de nous faire entendre par les jeunes et les plus défavorisés en premier lieu, je pense que la première chose est d’affirmer mieux, plus fort, avec plus de constance, et à leur côté dans la pratique politique quotidienne, notre volonté d’être à la pointe des luttes
-          contre la réduction du pouvoir d’acahat , les franchises médicales, etc …etc …..
-          pour la défense et le développement effectif du logement social pour tous ceux qui en ont besoin, et en contact constant avec eux ;
-          pour la défense et l’amélioration des transports en commun, service public prioritaire
-          pour la défense de l’école publique, laïque et égale pour tous, pour plus de mmoyens à l’enseignement public à tous les niveaux. Etc….
 
Un autre aspect qui me paraît essentiel – et qui va être de plus en plus sensible, compréhensible, dans la pratique - c’est celui de la nature et du fonctionnement des institutions du pays ( rôle démocratique réel du parlement à qui la primauté devrait être rendue, par conséquent fin de l’élection du président de la république au suffrage universel, et lutte opiniâtre pour / dans le cadre d’ un réferendum sur le mini-traité européen).
 
Mener avant tout, clairement, des luttes dans ces divers domaines me paraît être une des conditions, mais la première, pour parvenir à entraîner, à nous faire entendre, faire comprendre qu’il y a autre chose que Sarkozy, se faire entendre et comprendre de la jeunesse notamment, par conséquent recruter, des 
jeunes notamment.                                                                                                                                                        …/…
C’est dans ce cadre vivant (donc pas seulement spéculatif) en pratiquant une solidarité active avec les démunis, quelle que soit leur origine,que devrait s’élaborer notre programme propre - avec d’autres forces ou organisations si possible, qu’il faudrait, en fonction de l’efficacité de notre acion, et si nécessaire, “mettre au pied du mur”.
C’est en marchant ainsi que le problème “des alliances” se posera plus clairement.
 
J’ajoute encore deux points particuliers suivants :
-          Pour agir efficacement, notre parti devrait s’efforcer de retrouver son unité propre, empêcher que, de l'intérieur, on puisse prêcher sa disparition, ou sa dilution.Trop de centralisme peut être nuisible, on en a payé le prix, mais l’absence de toute discipline minimale porte atteinte à notre crédibilité.
-          Comme cela a été dit ce soir par d’autres, nous devons à réaffirmer avec force la solidarité internationale et notre soutien sans faille aux peuples déshérités et en voie de libération et aux mouvements contre la mondialisation capitaliste.
                                

le 14 novembre 2007,   bernard lyon-caen (membre du pcf depuis mars 1947)

 

Publié dans Débat "Congrès"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article